Les etudiants du master 2 IMP sont heureux de vous accueillir sur leur site internet !


WELCOME ...
 

 

 

 

Première soirée-débat

L’intervention sociale au défi de l‘initiative citoyenne

 

L’association IMP'acte organise la première soirée de son cycle d’événements sur la "Participation et la capacité d'agir".

 

« Face à une participation aux projets institutionnels en berne, l'initiative citoyenne est au cœur de toutes les attentions. Cela ne va pas sans modifier la position de l'intervention sociale, d'une force de proposition en quête de participation vers une attitude d'accompagnement à même de renforcer la capacité d'agir des initiateurs locaux.

 

Dans l'ancien comme dans le nouveau modèle se posent, probablement différemment, les mêmes questions de l'impulsion, du renforcement et de la pérennité de l'action. Mais l'articulation des citoyens, habitants, usagers, aux professionnels change quant à elle radicalement de sens, d'une participation habitante venant s'arrimer à une proposition sociale à une intervention sociale cherchant à rejoindre et accompagner une initiative citoyenne.

 

Les différentes implications, pour les uns comme pour les autres, de cette nouvelle façon de faire seront discutées à partir de trois exemples d'actions : un Cabinet Photographique, un Groupe d’Initiative Eco-Citoyenne, les Coopérateurs du Blosne, avec le souci de mettre à jour les nouveaux besoins de l'ensemble des protagonistes. »

 

 

Soirée débat à partir de témoignages croisés d’acteurs de l’intervention sociale (professionnels ou bénévoles) et de bénéficiaires : quels sont les besoins, les attentes de chacun ? Quelle place prendre ? Ce qui motive à s’investir, à s’engager ?

 

Les échanges seront suivis d’un pot.

 

Lundi 19 mars de 18h à 20h30

Salle polyvalente du Centre social de Maurepas. 

11 c place du Gros chêne 35700 Rennes



Organisation d'une première soirée-débat

Compte-rendu de la rencontre de l’association IMP’acte

du 15 Janvier 2018 à 18h

 

            Lors de ce quatrième rendez-vous, 10 personnes étaient présentes, dont 5 nouveaux participants intéressés par les actions de l’association et la rencontre d’acteurs du domaine social sur le territoire. Nous avons donc présenté les idées issues des précédentes rencontres, notamment la volonté de fédérer les membres de l’association autour de l’organisation de soirées-débats. Ces dernières sont une occasion de se rencontrer et d’échanger, pour créer une dynamique et amorcer de nouveaux projets. Ce format permet ainsi de répondre au besoin des professionnels de disposer d’espaces de réflexion et de débats.

 

            Nous avons donc repris les idées émises lors de la dernière rencontre sur le thème de la participation habitante. Les échanges ont été nombreux, à la fois sur le choix des termes du sujet, avec les notions d’engagement, de gouvernance, de capacité d’agir, mais également autour de diverses initiatives existantes sur le territoire (les associations Des petits pas pour l’homme et Des idées plein la terre,  l’atelier photographie de Maurepas, la ZAD, Nuit debout, etc.). Le groupe a constaté le besoin de valoriser celles-ci, par leur recensement et leur présentation au public. Nous nous sommes par la suite interrogés sur les points communs entre ces initiatives citoyennes et ce qu’elles peuvent apporter à l’intervention sociale.

 

            Afin d’approfondir ces éléments et concrétiser l’organisation de la soirée-débat, un groupe de travail de cinq personnes s’est mis en place. Leur objectif est de proposer un évènement durant le mois de Mars autour du thème : développement du pouvoir d’agir, récits d’expérience et lien avec l’intervention sociale.

 

            En parallèle, l’association poursuit sa démarche et vous propose de se réunir afin de réfléchir à la mise en place d’une seconde soirée-débat autour d’une nouvelle thématique :

Le lundi 12 Février 2018 à 18h

Salle 21 du Collège Coopératif, Campus de la Harpe à Rennes



Les nouveaux projets de l'association

Compte-rendu de la rencontre de l’association IMP’acte

du 5 décembre 2017 à 18h

 

         Cette troisième rencontre a réuni 7 personnes dont des professionnels du secteur de l’intervention sociale et des enseignants du Collège Coopératif en Bretagne.

Après avoir fait un résumé des rencontres précédentes, nous avons échangé sur les démarches à suivre auprès de la Préfecture pour modifier le bureau de l’association. Nous avons ensuite repris notre interrogation initiale sur les orientations concrètes de l’association.

 

  1. Déclinaison concrète des axes de l’association

 

Nous avons rappelé la volonté d’être de l’association autour de 3 éléments de cadre :

  • Mettre en lien les acteurs du territoire ;
  • Etre un lieu ressource ;
  • Etre un lieu d’innovation sociale.

Puis nous avons tenté de décliner les axes d’action à partir d’une interrogation :

En fonction de ces points de cadrage, comment trouver une déclinaison qui fasse suffisamment échos aux personnes, à leurs intérêts, à leurs questionnements ?

Cette interrogation est d’autant plus importante qu’il s’agit de penser cette association collectivement, en croisant les statuts. Nous observons parallèlement une baisse des participations qui nous amène à réintroduire les besoins et attentes initiales exprimées. Dans ces dernières, nous retrouvions l’idée de transmission d’expériences auprès des étudiants, d’échanges sur des thématiques, de réflexion sur des sujets issus d’un cadre professionnel ou de formation, d’outillage, de rencontres et de croisement des regards. Les participants ont également exprimé le besoin de définir les actions concrètes de l’association pour parvenir à s’y investir. Les étudiants du Master DPDIMP ont également questionné cette dimension tout en précisant leur intérêt pour l’association et en proposant une présence continue aux réunions sur la base d’un roulement (une personne par projet). De plus, ils ont désigné 2 référents financiers rattachés à l’association pour les 2 groupes projets.

Ainsi, une nouvelle question s’est posée : tout en étant dans une démarche de co-construction, comment parvenir à répondre à ces attentes autour d’axes concrets ?

Nous avons proposé plusieurs entrées possibles :

  • Réalisation de soirées-débat thématiques,
  •  Proposition d’animations thématiques auprès de structures qui ont une volonté de mettre en réflexion un sujet,
  • Communication auprès des structures de l’intervention sociale de la possibilité d’investir l’association comme un espace ressource.

Dans cette première phase de construction collective de l’association, nous avons mis de côté l’idée d’un incubateur de projet, qui aujourd’hui pourrait être prématuré. Toutefois, cela pourrait se construire au fil des rencontres, des participations, des évènements, des besoins, envies et attentes de chacun.

Finalement, nous avons acté dans un premier temps pour la réalisation de soirées-débat thématiques.

 

  1. Les soirées-débat

 

Ces évènements doivent être l’occasion de réflexions, d’échanges, de rencontres et de regards croisés entre acteurs du territoire. Ils peuvent aussi permettre de faire intervenir des personnes sur des sujets ciblés, de communiquer sur l’association, ses objectifs et d’ouvrir aux participations. Enfin, ces espaces pourront faire émerger des besoins, des envies, des volontés, qui peuvent être saisis dans le cadre de l’association, vers d’autres formes d’agir, de création collective.

Nous avons amorcé les échanges en vue de choisir une thématique traitée lors de la première soirée débat et plusieurs propositions ont été formulées :

  • Le bien-être au travail : Comment les professionnels du travail social appréhendent ils leur rapport au travail de nos jours ?
  • L’insertion par la création d’activité : Est-il possible de penser un autre modèle que l’auto-entrepreneuriat ? Est-il possible de penser la création en collectif ?
  • Participation et place des habitants, des usagers : Quelles places possibles, quelles participations possibles des habitants sur les questions de gouvernance et de modèle économique dans les structures d’action sociale et médico-sociale ? 
  • Coopération et travail partenarial : Quels enjeux de coopération ou de non-coopération entre des structures du champ social sur un territoire localisé ?

 

Parmi ces différentes thématiques, le groupe a choisi d’aborder la participation et la place des habitants en interrogeant les tensions entre le modèle économique et statutaire du monde associatif, qui laisse peu de place à l'autonomie, et  la capacité d'agir des habitants/usagers.

 

  1. A venir

 

Nous devons à ce jour préciser et travailler sur cette thématique pour en faire un questionnement à traiter lors de la première soirée débat.

Les prochaines rencontres permettront alors de définir davantage le sujet, ce que l’on attend de ces soirées, le contenu, le déroulé et l’organisation concrète.

Afin de poursuivre dans cette démarche, nous vous proposons de nous retrouver :

Le lundi 15 Janvier 2018 à 18h

Salle 21 du Collège Coopératif, Campus de la Harpe à Rennes



L'association comme incubateur de projets

Compte-rendu de la rencontre de l’association IMP’acte

du 14 Novembre 2017 à 18h

 

         Pour cette nouvelle rencontre, l’association IMP’acte a réuni 13 participants dont des étudiantes de la promotion 2017-2018 du Master 2 DPDIMP ainsi que des professionnels du territoire issus de divers domaines (santé, médiation, protection de l’enfance ou encore architecture) et notamment trois anciennes étudiantes de la formation.

 

       Après un temps de présentation, nous avons souhaité échanger sur les thématiques ou actions qui pourraient être mises en place par l’association. Pour ce faire, nous avons débuté par l’introduction des projets de la nouvelle promotion du Master ainsi qu’un ancien projet mis en place par la promotion 2015-2016.

 

 

I. Les projets

 

                 1. Les nouveaux projets 2017-2018

 

            Dans le cadre du Master 2 DPDIMP, les étudiants reçoivent un enseignement sur la conduite de projet dans l’intervention sociale, les amenant à mettre en œuvre des projets innovants sur toute la durée de la formation. Cette année, les deux groupes ont réfléchi aux thématiques suivantes :

 

-Un projet sur le bien-être dans les associations du champ de l’intervention sociale

-Un projet autour de la notion de parcours de l’usager

 

Ces deux initiatives sont au stade initial mais ont permis de nombreux échanges entre les étudiantes et les professionnels. Ces derniers ont effectivement été forces de propositions et de conseils sur les deux projets, apportant aux deux groupes des pistes de réflexion. Ces échanges ont donc éveillé l’intérêt des étudiantes à pouvoir partager leur projet afin de bénéficier d’avis extérieurs et de l’expérience des professionnels.

 

            Au vu de l’importance des projets dans la formation, il apparaît essentiel que l’association les intègre à son activité, au-delà des aspects financiers et de communication comme c’était le cas les années précédentes. Il a donc été décidé que les projets seraient présentés à l’association pour avis et validation du budget.

 

 

                   2. Le projet incubateur

 

            Parmi la promotion 2015-2016 du Master 2, un groupe a souhaité travailler autour d’un projet « d’incubateur universitaire », afin de repenser la place des habitants sur un territoire et dans des démarches de transformations sociales ainsi que de questionner l’utilité sociale de l’université à l’égard de problématiques territoriales. Finalement, le groupe s’est demandé « en quoi une problématique sociale repérée sur un territoire donné peut permettre de lier différents acteurs dont des habitants, des professionnels du travail social, des universitaires intéressés pour l’interroger et créer ensemble les conditions du changement ? ». Le projet s’est concrétisé par une journée de séminaire où de nombreux professionnels, bénévoles, habitants et universitaires (enseignants, étudiants) sont venus croiser leurs savoirs et s'interroger sur les possibles conditions de mise en place d'un incubateur universitaire.

 

            Cet incubateur universitaire de projets est un espace qui peut prendre des formes différentes. Il s’agit de manière générale de favoriser la mobilisation de populations, l’expression de besoins en vue de transformations sociales et d’actions collectives sur un territoire. L’université peut alors être un espace porteur de cet outil, tel que cela se réalise au Brésil, mais il peut aussi être porté par des associations ou d’autres structures. Le lien avec l’université (étudiants, enseignants-chercheurs) est défini en fonction du type d’incubateur et des besoins constatés sur le terrain.

 

L’exemple du Brésil

 

            Au Brésil, l’environnement universitaire « extensao » permet « d’articuler la production scientifique universitaire et contribue à la formation des étudiants, à l’application pratique des recherches et à la production de nouveaux savoirs. En termes externes, il accompagne et forme des groupes populaires dans leur dimension collective et personnelle, qui désirent créer des entreprises d’économie solidaire dans la perspective de générer du travail, du revenu visant aussi à la reconstruction de leur citoyenneté. » (Dubeux, 2004)

L’incubateur universitaire mise sur un processus d’articulation entre la recherche universitaire (recherche-action), l’enseignement (l’éducation populaire est la méthodologie) et le travail pratique avec la communauté (intervention).

 

L’exemple du Québec

 

            Au Québec, l’incubateur Parole d’excluEs accompagne les citoyens dans leurs démarches de mobilisation et de développement d’actions ou de projets locaux et globaux. Par la mobilisation, on cherche à ce que les gens subissant la pauvreté et l’exclusion sociale soient les premiers acteurs de leur destin. Cette démarche innovante repose sur un modèle d’action de mobilisation citoyenne par le logement communautaire. L’environnement universitaire y tient un rôle de pilotage, d’expertise et d’accompagnement à la recherche et à la méthodologie. Différentes instances, sous forme de comités, sont organisées au sein de l’université, ce qui permet de suivre les projets et leurs orientations. Un chercheur communautaire accompagne la réalisation d’études citoyennes permettant de recueillir la réalité sociale sur un territoire, les besoins et les ressources. L’université, par le biais d’étudiants ou d’enseignants-chercheurs, peut également intervenir pour apporter un regard d’expert sur une thématique en fonction des besoins. Elle permet également d’accompagner à un niveau méthodologique les études de faisabilité sur des questions liées au développement de projet dans son ensemble.

 

L’exemple de la France

 

            Au CNAM à Paris, l’incubateur universitaire prend la forme d’une mise en réseau de structures de l’Economie Sociale et Solidaire. Une cartographie des acteurs de l’ESS est réalisée, représentant les structures évoluant sur le quartier dans lequel se situe le CNAM. La constitution de ce réseau a également mis en exergue des besoins spécifiques au sein des structures, permettant aux étudiants de s’orienter vers elles pour réaliser des stages mobilisant et valorisant des savoirs et des compétences spécifiques.

 

 

            Il y a donc autant de façons de constituer un incubateur universitaire qu’il en existe. Ce qui semble faire commun est la place « d’acteur(rice) » des différentes entités intervenant dans cet espace. Il y a une notion forte de « participation », notamment à destination des habitants : ceux-ci doivent être à l’origine de l’énonciation des besoins sur un territoire et de toute action collective émergeante issue de ces constats. Pour ce faire, il y a également une méthode de mobilisation et de sensibilisation de la population, élaborée par les porteurs de l’incubateur. On retrouve la notion de co-construction, voire de croisement des savoirs, entre différentes entités (habitants, professionnels, universitaires, etc.) autour d’une compréhension des réalités sociales et des transformations sociales possibles.

 

Enfin, il existe généralement une méthodologie de projet avec des phases déterminées :

 

Phase de pré-incubation :    

              

  • Maturation de l'idée du projet
  • Réflexion sur les étapes nécessaires et les personnes ressources

 

Phase d'incubation :          

    

  • Travail sur le projet
  • Constitution du réseau
  • Rencontre et débat (co-construction)
  • Procédure dynamique « avant-arrière » qui permet de questionner le projet
  • Elaboration du projet
  • Réalisation du projet

 

Post-incubation :        

                       

  • Prise d’autonomie du projet/retrait de l’accompagnement
  • Soutien aux autres projets incubés (idée d'un cycle)

 

 

II. L’évolution de l’association

 

            Lors des échanges avec les participants, a été soulevée la volonté que l’association IMP’acte répondent bien aux objectifs proposés lors de la première rencontre, à savoir :

  • Mettre en lien les acteurs du territoire
  • Etre un lieu ressource
  • Etre un lieu d’innovation sociale

 

Additionné à l’intérêt porté pour le projet incubateur, l’idée est donc que l’association soit porteuse de projets innovants, basés sur les besoins du territoire et de ses habitants, dans le but de créer des connexions entre les acteurs, un croisement d’expériences.

 

 

               III. Mise en place d’un collectif d’animation

 

            Actuellement composé des étudiants et anciens étudiants du Master 2 DPDIMP, le bureau de l’association souhaite désormais s’ouvrir aux professionnels intéressés par le projet.

Lors de la réunion, 4 personnes se sont portées volontaires pour constituer un  collectif d’animation : une étudiante du Master et 3 professionnels, dont deux anciennes étudiantes.

 

 

                IV. A venir

Afin de poursuivre dans cette dynamique, nous vous proposons de nous retrouver

 

le Mardi 5 Décembre 2017

 

  • A 17h pour une Assemblée Générale extraordinaire qui permettra de voter les changements de statuts de l’association
  • A 18h pour poursuivre la dynamique lancée autour de projets à développer

 

Vous pouvez retrouver le compte-rendu de la dernière rencontre sur notre site internet : www.associationimpacte.fr

Pour plus d’informations, vous pouvez également contacter l’association par mail : impacteassociation@gmail.com



Les nouvelles orientations d'IMP'acte

Compte-rendu de l’Assemblée Générale extraordinaire de l’association IMP’acte

 

            Le 10 Octobre avait lieu l'AG extraordinaire d'IMP'acte dont l'objet était de définir une nouvelle orientation pour l’association, dans une dynamique participative. Nous avons donc présenté l’association avant de réfléchir à son évolution avec l’ensemble des 30 participants (étudiants, anciens étudiants et professionnels du territoire).

 

I. L’association IMP’acte

 

  1. La création et le fonctionnement

 

            IMP’acte est une association qui regroupe les étudiants du Master 2 DPDIMP dont la promotion en cours est membre de droit. Créée en 2014 à l’occasion des 10 ans de la formation, elle a pour visée le croisement des savoirs entre étudiants et professionnels ainsi que la promotion de l'innovation dans le secteur social. Depuis sa création, ces missions passent essentiellement à travers le financement de projets des étudiants du Master.

            Constituée auparavant d’un bureau classique, l’association évolue depuis la promotion 2016-2017 sous une forme collégiale où les étudiants sont co-présidents. Chaque année, le bureau est donc entièrement renouvelé puisqu’il se compose, depuis sa création, de la promotion en cours.

 

  1. La formation

 

            Le Master 2 « Direction des Politiques et Dispositifs d’Insertion, de Médiation et de Prévention » est une formation de l’Université Rennes 2 et du Collège Coopératif de Bretagne. C’est un Master professionnalisant qui prépare à des postes à responsabilités dans le domaine de l’intervention sociale, tels que chargés de projet, de mission, responsable de service, etc. Pour ce faire, la formation s’axe principalement autour de la méthodologie de diagnostic, de projet et d’évaluation dans les domaines de l’insertion, la médiation et la prévention.

 

 

  1. Le bilan de l’année 2017

 

            Projets

            Dans le cadre d’un enseignement sur la conduite de projet dans l’intervention sociale, les étudiants réalisent chaque année des projets à visée innovante. En 2017, deux projets ont donc vu le jour :

-Le projet « Culture et prison » qui a organisé une journée de réflexion sur la thématique de l’action culturelle en prison autour d’une table ronde puis d’un film, avec la présence d’une sociologue, de deux professionnels du milieu carcéral et d’un artiste intervenant en prison

-Le projet « Le décloisonnement professionnel en débat » consistait en une journée d’échanges, permettant la co-construction d’une réflexion sur le décloisonnement professionnel dans l’intervention sociale, autour d’ateliers participatifs

Vous pouvez retrouver les comptes-rendus de ces projets dans la rubrique Nous connaître > Nos actions.

 

            Commissions

            Afin d’organiser la vie de l’association, la précédente promotion a fait le choix de créer différentes commissions de travail (budget, communication, projets, vie associative). Par manque de temps, ces commissions n’ont pas été effectives, excepté la commission communication, qui a mis à jour les supports de l’association tels que le site internet et les réseaux sociaux (Facebook, Twitter).

 

            Budget

            L’association est financée par l’Université Rennes 2 et notamment par l’UFR de Sciences Humaines. L’exercice financier de l’année 2016/2017 se termine avec un excédent d’une centaine d’euros et les subventions sont reconduites, laissant pressentir un budget d’environ 3 000€. La source principale de dépenses reste à ce jour le cofinancement, avec l’Université Rennes 2, des projets réalisés dans le cadre du Master DPDIMP.

 

 

II. La volonté d’une nouvelle orientation pour l’association

 

            Après cette présentation, les participants se sont répartis en trois groupes afin de réfléchir à l’évolution de l’association sur les thématiques suivantes :

-Mettre en lien les acteurs du territoire

-Etre un lieu ressource

-Etre un lieu d’innovation sociale

Pour ce faire, nous avons pensé une démarche de réflexion innovante autour d’animations participatives. Nous avons donc débuté le travail de groupe par un jeu de présentation à partir de son trousseau de clés. Il suffit d’expliquer l’histoire de chaque clé ou porte-clés pour faire découvrir des éléments de vie. Cette technique d’animation permet de découvrir les membres d’un groupe de manière originale et à partir d’un objet personnel que tout le monde possède. Une fois le groupe ayant fait connaissance, nous avons réfléchi aux différentes thématiques autour d’un « brainstorming ».

 

Mettre en lien les acteurs du territoire

Le groupe s’est interrogé sur quels acteurs nous souhaitions mettre en lien : professionnels de l’intervention sociale, étudiants, mais pourquoi pas bénévoles ou habitants ; car en définitif, nous côtoyons le mêmes publics. Est-ce que la personne vient à titre professionnel ou privé ? C’est un engagement citoyen.

La question du territoire a été également soulevée car la portée des actions ne semblent pas les mêmes si nous intervenons à l’échelle d’un quartier ou d’une métropole.

Pour autant, il a semblé nécessaire de se connaître et ainsi favoriser la mutualisation de compétences et de connaissances, mais comment procéder ?

Il est apparu assez vite l’idée selon laquelle un collectif ainsi formé devait définir des objectifs communs clairs pour faire du lien, et pour certains l’importance d’un pilote pour coordonner et impulser toutes les actions.

La présence du monde associatif dans tout ce questionnement est importante.

 

 

Etre un lieu ressource

La question des besoins de chacun est vite apparue comme primordiale. La création d’un lieu ressource suppose au préalable un éclairage des enjeux professionnels des membres de l’association. Malgré les raisons d’engagements de chacun dans l’association, il faut travailler à ce que la pluridisciplinarité ne soit pas un frein mais plutôt un atout. Cela implique donc la mise en place d’un lieu physique d’une part mais aussi et surtout la mise en place d’un espace de réflexion commun auquel chacun peut contribuer.

Ce lieu, pour être ressource, devra donc être un lieu d’échanges et de débats qui collectera des renseignements, des savoirs, de la documentation diverse dans le but d’être dans une logique de partage et de transmission.

Ainsi, l’animation d’un tel lieu reste l’enjeu fondamental et suppose un certain engagement afin de donner à ce lieu les conditions de sa réalisation.

 

Etre un lieu d’innovation sociale

Le groupe qui a réfléchi à l’association comme lieu d’innovation sociale a lancé la discussion autour de la nécessité de créer la rencontre, avec l’idée de favoriser le lien social, le vivre ensemble, d’associer des acteurs différents, ou encore de créer des espaces de dialogue. De là a émergé la notion de plateforme d’échanges, où pourraient se rencontrer professionnels, étudiants et usagers, dans un souci de décloisonnement, de transversalité.

En mettant en commun toutes ces réflexions, une idée émerge donc autour d’une plateforme capable de mettre en lien les acteurs du territoire, professionnels, étudiants, usagers/habitants afin de se rencontrer et apprendre les uns des autres.

 

               III. A venir

 

            Nous avons clôturé cette assemblée en soulignant l’importance de se revoir rapidement afin de définir une organisation plus formelle de l’association. Nous prévoyons donc de nous rencontrer le Mardi 14 Novembre. L’objectif sera alors de comprendre ce que chacun recherche dans cette association afin de réfléchir à une forme qui répondent aux besoins de tous. Il faudra par la suite définir des objectifs communs et les étapes à réaliser par la suite.

 

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter l’association par mail : impacteassociation@gmail.com



Rechercher sur le site

Twitter

L'organisation de notre première soirée-débat prend forme mais nous avons besoin de vous pour la prochaine : n'hési? https://t.co/pZhY82vQM6
le 24/01/2018
Animation d'une soirée-débat sur la participation et la place des habitants : voici le nouveau projet de l'associat? https://t.co/PRf84T9G7U
le 09/01/2018
Une association porteuse de projets innovants, basés sur les besoins du territoire et de ses habitants, dans le but? https://t.co/xliIasfl6N
le 27/11/2017
Venez vous joindre à nous le Mardi 14 Novembre à 18h pour construire une association qui vous ressemble ! https://t.co/TGVVbmXKC8
le 09/11/2017
Découvrez les nouvelles orientations d'IMP'acte et venez partager vos idées avec nous le Mardi 14 Novembre à Rennes: https://t.co/vM6aCsr377
le 27/10/2017

Forum

Espace Membre